Festival de Capbreton 2003

Août 2003 – Le Festival de Capbreton était cette année dédié à J.F., pour le cinquième anniversaire de sa disparition. Pour nous sur place, Philippe Méziat et Sophie Chambon témoignent de l’ambiance particulière du festival.

capbreton-2003-1Les treizièmes Rencontres internationales de Contrebasse de Capbreton avaient choisi de rendre hommage à Jean-François Jenny-Clark, le contrebassiste ami du luthier Christian Nogaro, fidèle de la manifestation où il donna son dernier concert en 1998. Quatorze clichés du précieux Guy Le Querrec retraçaient le parcours sans faute, discret et pourtant marquant de « l’ange de ces Rencontres ». Encore que, selon le batteur [xyz-ihs snippet= »romano »] qui se produisait en trio avec Emmanuel Bex et Francesco Béarzatti, JF ne fût pas non plus un être à part, mais simplement un homme et un très grand musicien !

Peu importe d’ailleurs à l’auditeur, qui dispose de si peu de disques de Jenny-Clark sous son seul nom que le solo de la Buissonne, tiré sur le vif du Bass Festival de 94 en Avignon par Gérard de Haro, en devient une pièce rare. Il est vrai que le jeune homme que l’on voit assis dans l’herbe en 1967 à côté du professeur Cazauran et d’un Henri Texier méconnaissable, personnalise toutes les ambitions d’une génération magnifique… On le retrouve délicat et souverain à un Concert du Musée d’Art Moderne en présence d’un public fervent et d’un [xyz-ihs snippet= »portal »] recueilli. Puis ce sont les années fastes du [xyz-ihs snippet= »portal »]l Unit et du trio formidable, sauvage et inventif, avec [xyz-ihs snippet= »kuhn »] et [xyz-ihs snippet= »humair »], et les photos montrent quelques instants, de brèves rencontres d’une vie de musicien, jusqu’aux derniers stages et concerts à Capbreton, en compagnie des copains, préfigurant la réunion actuelle.

Rendons hommage aux musiciens conviés : ils ont tous répondu à l’appel et nous ont donné, pour une rencontre a priori convenue, un concert qui ne l’était pas, un des plus forts de l’été, un des plus graves aussi. Car s’il y eut du bonheur, dans les premières parties de soirée réservées au classique (Septuor de Beethoven et Octuor de Schubert) et dirigées par le maître Wolfgang Gutler, ex-soliste du Philharmonique de Berlin, à entendre « swinguer » littéralement cette musique de chambre, comme au théâtre, dans une pièce particulièrement réussie, la tension ne fit que s’accroître jusqu’à la révélation d’un dénouement flamboyant.

capbreton-2003-2Cela avait déjà bien commencé le dimanche, lors de la « Carte blanche à [xyz-ihs snippet= »humair »] » avec le concert en quartet de notre « All stars » français, Portal, Sclavis, Humair, Chevillon. Le Bayonnais en forme et aux anges jubile. Tout lui réussit et il le sait dès les premières notes, après un démarrage splendidement efficace de Bruno Chevillon et Daniel Humair dont l’entente est parfaite. Louis Sclavis, plus en retrait, joue en contrepoint. Pourtant, nous n’étions pas au bout de nos surprises et de nos plaisirs musicaux. Le lendemain, un premier solo de [xyz-ihs snippet= »kuhn »] nous rappelle qu’il est de ces pianistes rares, lyriques et rigoureux, traversé par le désir de musique, toujours en recherche. Après cette émotion si particulière à laquelle nous soumet toujours le pianiste, survient la rencontre de [xyz-ihs snippet= »portal »] et [xyz-ihs snippet= »galliano »], élégante, sur un répertoire qui sonne populaire et qu’ils arrivent à transcender. Quant à l’invité surprise, qui se colla au petit jeu du discours sur les intermittents avec quelques formules superbes dont la « souffrance »/ Sous France de « la France d’en bas », c’était Henri Texier. Breton tintinesque à souhait (Lotus bleu) pour un solo doux et boisé d’une rare tendresse. Et ensuite progressivement, ils viennent tous, les amis de JF, se placer sur scène pour un ultime hommage : [xyz-ihs snippet= »humair »] et [xyz-ihs snippet= »kuhn »], orphelins de leur partenaire de « Triple entente » mènent le jeu à leur façon fière, absolue, exigeante et passionnée. Mais chacun sait aussi révéler, sur une composition écrite par Kühn à partir d’une improvisation de JF, avec une fougue suffisamment expressive, l’intensité d’une musique audacieuse, authentique, spontanément généreuse, qui, si elle n’est pas du jazz, caractérise un certain engagement de la musique actuelle européenne.

Sophie Chambon et Philippe Méziat
Photos : Philippe Méziat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *